Model.ShowBackToRefferer = false

Par Daniel Schmidt, Responsable senior du marketing produits Le 4 septembre 2018

L’automatisation robotisée des processus (Robotic Process Automation, RPA) et l’intelligence artificielle (IA) sont de jeunes marchés en plein boom. Il suffit de faire une rapide recherche en ligne pour constater l’enthousiasme qu’affichent de nombreuses entreprises à l’égard de ces deux technologies.

À y regarder de plus près, diverses questions ressortent sur la Toile. Quelle est la différence entre la RPA et l’IA ? Quelle est la meilleure technologie ? Quelles tâches la RPA et l’IA accomplissent-elles exactement ? Comment la complémentarité entre ces deux technologies permet-elle d’augmenter par synergie leur valeur ajoutée respective et d’élargir le champ des possibilités ?

RPA et IA : les fondamentaux

L’automatisation robotisée des processus (Robotic Process Automation, RPA) est une technologie qui exploite des agents logiciels pour automatiser les tâches répétitives et les processus manuels, en complément du travail de vos ressources humaines. La RPA interagit en toute fluidité avec les logiciels pour poste de travail, les systèmes d’entreprise classiques ou sur navigateur et les sites Web afin d’obtenir des données agrégées, qu’elle transforme en informations exploitables. Elle génère ensuite les réponses requises et communique avec d’autres applications et intervenants pour venir à bout du travail répétitif.

L’intelligence artificielle désigne les actions réalisées par des machines qui imitent les fonctions cognitives de l’être humain, comme l’apprentissage et la résolution de problèmes. Aujourd’hui, l’IA recouvre diverses disciplines technologiques, dont l’apprentissage automatique et la prise en charge du langage naturel.

Utilisée seule, la RPA est une très bonne solution pour automatiser les tâches non intellectuelles. L’IA, quant à elle, est capable de reproduire le mode de pensée et d’action de l’être humain. Comment faire pour associer ces deux composantes ?

L’IA au service de la RPA

Dans l’idéal, les solutions RPA de nouvelle génération s’appuient sur l’IA et l’apprentissage automatique pour automatiser un vaste éventail de tâches répétitives de grande ampleur qui nécessitaient auparavant une intervention humaine. Lorsqu’on parle d’automatisation robotisée des processus, nombreux sont ceux qui voient les agents logiciels comme les « bras et jambes » de la solution, tandis que les composantes IA jouent le rôle du « cerveau ».

Voici deux moyens d’intégrer l’IA dans les solutions RPA afin d’optimiser l’efficacité de ces technologies.

Automatisation cognitive de processus documentaires (CDA) : la CDA prend en charge le contenu structuré et non structuré, en particulier dans les processus métier qui nécessitent la manipulation de documents. Grâce à l’IA, la solution RPA est en mesure de gagner en efficacité au fil du temps. En effet, à mesure qu’elle traite des documents, cette dernière apprend à gérer les variations de manière intelligente, que les renseignements transitent par voie électronique (e-mail, portail Web) ou soient matérialisés sur papier. La CDA optimise la précision, l’efficacité et la cohérence, tout en s’adaptant de façon dynamique à l’évolution de vos processus.

À titre d’exemple, une solution RPA exploitant la CDA est capable de repérer l’arrivée d’une facture fournisseur, d’identifier l’expéditeur et le bon de commande associé, puis de déclencher une action dans le système de comptabilité fournisseurs, et ce, sans aucune intervention humaine. La CDA repose elle-même sur diverses technologies IA sous-jacentes, notamment la reconnaissance optique des caractères (OCR), l’apprentissage automatique et la prise en charge du langage naturel.

Automatisation intelligente des écrans (Intelligent Screen Automation, ISA) : l’ISA s’appuie sur les réseaux neuronaux artificiels pour assurer l’analyse d’images applicatives. Une tâche nécessaire, entre autres, dans le cas d’applications fonctionnant sous Citrix ou exploitant d’autres environnements de bureau à distance qui renvoient uniquement les informations sous forme d’images (sans accès direct à l’application et à ses objets). Avec l’usage généralisé de la virtualisation, les solutions RPA peinent de plus en plus à interagir avec ce type d’environnement. L’ISA résout la question en créant automatiquement les objets d’interface utilisateur nécessaires à la conception de l’agent logiciel, qui s’avère ainsi beaucoup plus rapide. Finis également les problèmes de résolution d’affichage et de normalisation : de fait, l’agent logiciel ne se base plus sur la position à l’écran des options de menu ou des boutons pour accomplir ses tâches.

Si la CDA et l’ISA sont les technologies d’intelligence artificielle les plus plébiscitées en association avec la RPA, il existe bien d’autres synergies faciles à mettre en œuvre en entreprise, avec les services IA comme Google Vision, IBM Watson ou divers agents conversationnels, par exemple. Dans ces cas de figure, l’IA est exploitée sous forme de service pour aider les agents logiciels à accomplir des tâches de manière intelligente.

Concrètement, comment ça marche ? Prenons l’exemple du processus visant à satisfaire aux exigences de conformité en termes d’identification du client, qui s’avère fastidieux et qui mobilise des analystes hautement qualifiés. D’une part, la RPA automatise les tâches « manuelles » de collecte d’informations. D’autre part, l’IA automatise les tâches « intellectuelles » et analyse les informations fournies par la RPA avant de prendre une décision ou de formuler une recommandation à l’attention de l’analyste, qui est alors à même de trancher plus rapidement.

Si l’enthousiasme suscité par la RPA et l’IA est communicatif, il est important de bien comprendre comment fonctionne chaque technologie prise séparément et comment votre entreprise peut en tirer le meilleur parti en créant une synergie parfaite entre les deux. Ensemble, la RPA et l’IA forment la nouvelle main-d’œuvre numérique intelligente qui soulage vos employés afin qu’ils gagnent en efficacité et puissent prendre des décisions plus avisées.